Mon héritage

Série photographique, textes

Mars 2020. ça y est. La pandémie qui plânait au-dessus de nos têtes éclate, comme un ballon trop plein d’air. Tous, nous retenions notre souffle, des rumeurs sur cet inconnu rôdaient, cet inconnu est là : le monde entier est assigné à résidence, le poumon énorme éclate. Ce journal vernaculaire débute avec le premier confinement, et marque les un an de la fin du monde. C'est ce moment-là que je choisis pour m'emparer de la caméra et photographier d'abord ma famille. Cette série photographique est un jeu d'équilibriste entre la marginalité d'une famille composée de vieux hyppies, punk et prolo, et entre la tendresse et l'amour de notre regard les uns sur les autres.

thumbnail
Image 6 description Image 1 description Image 2 description Image 3 description Image 6 description Image 5 description Image 6 description Image 6 description Image 6 description

Les mots de la tribu

Documentaire en cours de production

Léa vit avec Rémi et Pascal depuis une dizaine d'années. Tous ensemble, ils ont fondé une famille, dont je suis issue. Ils vivent comme ils l'entendent : de RSA, d’amour, de rires et d'addictions. A l’aube de ses 50 ans, Kiki, sa mère, fait un AVC. S’entame une période de cohabitation entre les deux femmes et le reste de la famille, qui s’aiment d’un amour si grand qu’il est encombrant, si grand qu’il est douloureux. Se met en place un jeu de miroir où les mères se regardent, se construisent et se détruisent. Tous sont pris entre l'étau de la dépendance et des pulsions de mort, et du cri de joie qui tracent leur vie depuis toujours.

thumbnail
Image 1 description Image 2 description

Tondue

Photographies, vidéo, texte pyrogravé sur un paravent en bois

« Dans ses photographies de la série Tondue, l’artiste part de l’expérience de la tonte de cheveux à laquelle elle s’est livrée mutuellement avec son père. Le rituel viril est ici détourné et le crâne rasé se charge de multiples connotations identitaires et historiques. L’artiste réalise d’autres tontes sur d’autres sujets : l’acte devient tendre et se transforme en rituel de soin. Le crâne mis à nu se fait membrane poreuse entre intériorité et extériorité. »

Texte écrit par Audrey Illouz et Luca Avanzini à l’occasion de l’exposition Nouveaux Hérauts, 2023.

thumbnail
Image 2 description Image 2 description Image 2 description Image 2 description Image 2 description Image 5 description

Le Foyer

Court métrage en cours de production

Le foyer est un court métrage de 17 minutes. Un groupe d'amis décide de retaper une maison ensemble. Pourtant, lors de cette session de travaux, l'un deux manque à l'appel. Que faire de cette maison dont ils ne veulent plus ? Comment dire l’élémentaire, et que faire des idéaux d’antan ?

thumbnail
Image 6 description Image 1 description Image 2 description

Cosmologie freaks

Série photographique, petis formats.

Le petit format pour se les passer sous le manteau, pour que les images circulent de mains à mains. Ces images parlent de corps, de corps queer, gros, marginaux, qui se dévoilent en toute pudeur et intimité.

thumbnail
Image 1 description Image 2 description Image 3 description Image 4 description Image 5 description Image 6 description Image 7 description Image 8 description

The dark side of the Moon

Installation vidéo interactive, plexiglass, bois, écrans, 2022.

A quelle condition le porno peut-il exister dans le white cube ? A première vue, un écran blanc. A deuxième vue, bien placé derrière la vitre, mon journal de bord : vidéos explicites, sexes peureux, baisers rageux...

thumbnail
Image 1 description Image 2 description Image 3 description

LES VISAGES DE MISUNGUI

Documentaire plasticien, 24 minutes, 2022.

Misungui attache les gens. Elle attache des amies, des amants et amantes, des clients, des compagnons. Elle fait pleurer, elle fait découvrir, elle fatigue, elle porte et avance. Où et quand se cache l'intimité ? Je suis Misungui depuis plusieurs mois, et observe ses après-midi.

thumbnail

LA MONTAGNE

Roman photo

Chaque été, la famille se retrouve au chalet. Caché dans la montagne, au milieu des pâturages, une bâtisse tout en bois surplombe la vallée. Chaque année, la famille s'y retrouve, s'aime, pleure et s'y déchire. Pendant un mois, les femmes font face à leurs origines, à l'alcoolisme, à l'abus. A la montagne.

thumbnail
Image 1 description Image 2 description Image 3 description Image 4 description Image 5 description Image 6 description Image 7 description Image 8 description Image 9 description Image 10 description Image 11 description Image 12 description Image 13 description

À propos de l'autrice

C’est intime, mais ce n’est pas personnel.

C’est guidée par cette nuance théorique et existentielle que Zoé Bernardi s'aventure, caméra à la main. Après des études littéraires, la découverte de l’image fixe et mouvante vient bouleverser son rapport au monde et elle intègre en 2019 les Beaux-Arts de Paris au sein de l’atelier Clément Cogitore, Hélène Delprat et Eric Poitevin. Elle se forme aux procédés analogiques dans lesquels elle se spécialise ainsi qu’à l’audiovisuel, tout en ajoutant d'autres techniques et cordes à son arc : son, gravure... À la manière d’une antenne, elle se fait réceptacle des expériences que les gens lui offrent. Les questions de l'intimité, des corpoérités et de la marginalité l’obsèdent, c’est donc tout naturellement que Zoé Bernardi s'est tournée vers son cercle communautaire proche, vers les minorités sexuelles, sociales et de genre, les monstres qui n’en sont pas. Comme le dit Michel de Certeau dans L’invention du quotidien, il faut « travailler avec ce que l’on montre, sans pouvoir le dire ». Entre intime et social, douceur et violence, monstruosité et poésie, soin et plasticité, l'artiste hésite à dessein.

Expositions

2024 –AMMA Sorbonne, Prix 1 pour l'art contemporain, sélection par étudiants.es du Master 2 Marché de l’art, Bastille Design Center, Paris.
2024 –(très) Petits formats, commissariat Alexandre Gras, galerie IMMIX, Paris.
2024 –Nous sommes au regret, commissariat Jeanne Mathas et Laure Saffroy-Lepesqueur, Paris.
2023 –La Pagode, commissariat et duo show avec Clément Marion, dans le cadre des Rencontres photographiques d'Arles, galerie La Pagode.
2023 –Avis de tempête, commissariat des étudiants de la Sorbonne avec Anna Lhospital, Arthur Perrin, Emma Boudon... au Campus Censier, Paris.
2023 –CRUSH, commissariat Marc Donnadieu, Stéphanie Pécourt et Madeleine Mahé, Palais des Etudes des Beaux-Arts de Paris.
2023 –Nouveaux Hérauts, commissariat Audrey Illouz et Luca Avanzi, avec Amélie Bigard et Jade Boudet, Aïda Bruyère, Jérémie Danon, Rayane Mcirdi, Centre Culturel Jean Cocteau, Paris.
2022 –L’histoire de ma vie (ça n’existe pas), DNAP, Beaux-arts de Paris.
2022 –Waiting Room, commissariat Clément Cogitore, Fondation Ricard, Paris.
2022 –CRUSH, commissariat Audrey Illouz, Alexia Fabre et Crisitiano Raimondi, Cour Vitrée des Beaux-Arts de Paris. Acquisition de Catherine et Mamadou-Abou SARR.
2022 – Obtention du diplôme de la filière des Artistes et métiers de l'Exposition.
2021 –The big combo, projections, Cour vitrée Beaux-Arts de Paris, portes ouvertes de l’Ensba, commissariat collectif.
2021 –Prix des Amis des Beaux-Arts, Chapelle des Beaux-Arts de Paris, parcours VIP de Art Paris, commissariat Libo Wei.
2021 –Nothing is a mistake, Beaux-Arts de Paris, atelier Hélène Delprat.
2019 –The Shining, hôtel La Louisiane, atelier Cogitore. Commissariat Anaïd Demir.
2019 –Coup de projecteur, PhotoSaintGermain, Beaux-Arts de Paris, atelier Faigenbaum et Allouche. Commissariat Patrick Faigenbaum.

Projections

2024 – Les mots de la tribu rue Santeuil, dans le cadre de Nous sommes au regret avec Saoussen Tatah.
2023 – Tondue à la Fondation Ricard dans le cadre de Nouveaux Hérauts.
2023 – Tout, tout de suite ou bien je refuse au KW Contemporary Institute for Art, BERLIN, commissariiat Luise Maria Willer.

Bourse et Prix

2020 –Lauréate de la bourse François Dujarric de la Rivère, Prix des Amis des Beaux-Arts.

Contact

contact@zoebernardi.com
instagram : @zoe_bdi